Des événements graves peuvent mettre en péril des personnes et nécessitent leur mise à l'abri : tempêtes, incendies, accidents de transport de matières dangereuses… ou bien encore accidents industriels majeurs.


 



Que faire ?

Lorsqu'on entend ce signal, il faut immédiatement :

  • se mettre en sécurité en se rendant dans un local calfeutré : portes et fenêtres fermées, issues calfeutrées, systèmes de ventilation, de chauffage et de climatisation arrêtés ;
  • s'informer sur France Bleu, France Info, radios locales, France Télévisions, les sites et comptes des réseaux sociaux du gouvernement, du ministère de l’intérieur et des préfectures ;
  • respecter les consignes des autorités et en fonction du type de risque, il peut être deman- dé de se confiner ou d’évacuer ;
  • ne pas aller chercher ses enfants à l’école ;
  • ne pas fumer, éviter toute flamme ;
  • ne téléphoner qu’en cas d’urgence vitale pour laisser les réseaux disponibles pour les services de secours ;
  • s’assurer que les personnes à proximité ont reçu et exécuté ces consignes (par la suite, des consignes complémentaires peuvent être données par haut-parleur).

Je respecte les consignes particulières de mon entreprise.

Lorsque le danger est écarté, un signal national de fin d’alerte retentit. Il consiste en un son continu d’une durée de 30 secondes.


Des dispositifs propres aux aménagements hydrauliques émettent un signal spécifique d’alerte. Celui- ci se caractérise par une alternance d'un son de 2 secondes de type corne de brume avec une période de silence de 3 secondes. La durée minimale du signal est de deux minutes. Il s’agit alors d’un signal d’évacuation.

La diffusion préventive des consignes à suivre en cas d’alerte est réalisée directement auprès de cette population.



Alertes particulières

En cas de risques particuliers (chimique, radioactif, etc.), les systèmes d’alerte adaptés existent pour prévenir les populations concernées. .